Plaisir sexuel : comment l’apprivoiser et le décupler

Trop de gens sont frustrés dans leur sexualité Au lieu d’être belle et amusante, elle est fade et ennuyante. Au lieu d’être libre et enjouée, elle est triste et limitée.

Vous aimeriez une sexualité plus épanouie ? La clé du bien-être sexuel n’est nulle autre que le plaisir sexuel. 🙂

Mais contrairement à ce que l’on pense, cet ingrédient gratifiant n’est pas forcément inné ou acquis.

Plaisir sexuel : de quoi parle-t-on ?

Le plaisir sexuel renvoie aux sensations, aux émotions et aux sentiments agréables ressenties durant une pratique sexuelle.

Les plus agréables peuvent être :

  • Une douce chaleur ;
  • L’euphorie ;
  • Des pulsations ;
  • La libération totale ;
  • La détente et le calme ;
  • La plénitude ;
  • La joie ;
  • La satisfaction…
  • Les mains d'une femme masturbe un pamplemousse - éducation au plaisir féminin

    Il est complètement normal et naturel de rechercher à ressentir des sensations agréables. Les tout-petits le fond spontanément dès leurs plus jeunes âges.

    Une sensation est une information ressentie par la stimulation d’un organe sensoriel (la bouche, la langue, les seins, le bas-ventre, le sexe, etc).

    Les émotions sont des réactions automatiques qui peuvent générer des manifestations corporelles (changement du rythme respiratoire, des battements du cœur, augmentation de la transpiration, etc.) et des pensées pouvant être agréables ou désagréables.

    Les sentiments sont des dispositions affectives plus durables (comme le sentiment amoureux, le sentiment de confiance ou de sécurité) qui peuvent toutefois évoluer avec le temps en fonction du vécu et des expériences.

    Contrairement à ce que l’on pense, le plaisir sexuel n’est pas forcément inné ou acquis.

    Les freins au plaisir sexuel

    TÉLÉCHARGEZ LE GUIDE « MIEUX COMPRENDRE VOTRE PLAISIR« .

    Plusieurs conditions médicales, psychologiques ou interpersonnelles peuvent interférer négativement avec la sexualité :

    • Le stress chronique qui nous place en état d’alerte et de tensions ;
    • La dépression et certains antidépresseurs (notamment les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)) ;
    • Les peurs entre soi et l’extérieur (la peur du jugement des autres, d’être humilié ou ridiculisé, d’être violenté, de prendre trop de temps, etc.) ;
    • Les conflits intérieurs : le jugement de soi, de son corps, de son sexe, la peur du rejet…
    • Les problèmes interpersonnels avec le ou la partenaire ;
    • Les agressions sexuelles qui peuvent altérer le sentiment de sécurité et générer des conditionnements de stress et de peur ;
    • Les troubles de la thyroïde qui peuvent affecter le fonctionnement sexuel (dysfonctions érectiles et éjaculatoires, baisse du désir sexuel) ;
    • L’endométriose qui génère des douleurs ;
    • La contraception hormonale qui peut diminuer chez certaines personnes l’intérêt sexuel (mais qui peut aussi l’augmenter en réduisant notamment l’anxiété d’une grossesse non désirée) ;
    • Les cancers et notamment ceux gynécologiques ;
    • L’obésité qui peut affecter le désir sexuel ;
    • Les changements hormonaux (ménopause, andropause, etc).

    Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

    Les circuits du plaisir dans le cerveau

    Si nous pouvons ressentir du plaisir sexuel, c’est parce que notre cerveau libère des hormones et des neurotransmetteurs bien particulier :

    • La testostérone, une hormone produite aussi bien chez les hommes que chez les femmes qui joue un rôle dans la libido ;
    • La lulibérine, une hormone secrétée au moment des préliminaires qui aide à préparer le corps à l’acte sexuel ;
    • La norépinéphrine (ou noradrénaline) qui nous permet de nous sentir sexuellement excités.
    • La dopamine, un neurotransmetteur qui provoque une sensation de plaisir et qui nous donne l’énergie de recommencer.
    • La sérotonine, un neurotransmetteur qui régule la dopamine et qui nous génère un sentiment de détente et d’épanouissement.
    • Les endorphines, une hormone du bien-être notamment libérée au moment de l’orgasme ;
    • L’ocytocine, l’hormone de l’attachement également secrétée au moment de l’orgasme et qui apporterait une sensation de satisfaction après la relation sexuelle.

    La masturbation, ça s’apprend !

    Découvrez 6 articles pour apprivoiser votre plaisir sexuel avec douceur et doigté. 🙂

    Comment avoir plus de plaisir sexuel ?

    Maintenez une bonne hygiène de vie

    Comme nous l’avons vu dans la partie sur les blocages sexuels, l’état de santé générale d’une personne peut affecter la capacité à ressentir du plaisir dans l’intimité.

    Pour favoriser votre bonne santé sexuelle :

    • Pratiquez régulièrement une activité physique qui vous fait plaisir ;
    • Évitez ou réduisez votre consommation de drogues (alcool, tabac, etc.) ;
    • Adoptez une alimentation saine et équilibrée ;
    • Veillez à avoir un sommeil de qualité ;
    • Octroyez-vous des moments de pause et de loisirs ;
    • Apprenez à écouter et à gérer vos émotions.

    Amplifiez votre excitation sexuelle

    • Identifiez les sons, les images, les odeurs ou les situations qui vous émoustillent ;
    • Lisez des récits érotiques ou regardez des films comportant des scènes sexuelles ;
    • Imaginez des personnes ou des contextes qui fassent battre votre cœur ;
    • Écoutez des podcasts sensuels

    Jouez avec les Lois du Corps

    • Bougez votre corps en faisant notamment onduler votre bassin ;
    • Essayez la technique de l’edging ;
    • Respirez profondément pour oxygéner l’ensemble de vos cellules et modifier votre état de conscience ;
    • Variez les rythmes : allez tantôt vite, tantôt lentement…

    Le développement du plaisir sexuel

    Le plaisir sexuel se cultive telle une petite graine qui sort de terre et qui ne demande qu’à s’épanouir.

    Si le plaisir est valorisé et recherché, il pourra s’exprimer au fil du temps avec plus d’intensité et de facilité.

    Si à l’inverse, il est associé au danger ou au domaine de l’interdit, il pourra se bloquer ou être limité.

    La pratique de la masturbation est une des clés au développement du plaisir sexuel. Mais pas seulement :

    • Les attentes positives et les fantasmes peuvent le nourrir et l’amplifier,
    • Une humeur dépressive peut l’amoindrir ;
    • Une éducation sexuelle permissive et positive peuvent l’éveiller ;
    • Le contexte de vie et les rencontres peuvent l’influencer ;
    • Des expériences traumatiques peuvent l’étouffer.

    Vos questions, mes réponses

    Vous vous posez des questions sur la sexualité ? Écrivez-moi 🙂

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.