Orgaste VS orgasme : une distinction importante

La différence entre l’orgasme et l’orgaste est d’une grande importance : ce qui les différencie n’est nul autre que le plaisir sexuel. Les sensations agréables ont tendance à être considérées comme allant de soi pour tout le monde, mais ce n’est pas nécessairement le cas.

L’arc-en-ciel émotionnel

Au cours d’une relation sexuelle, nos émotions peuvent fluctuer et s’intégrer dans une variété de ressentis possibles :

  • D’un côté, on retrouve les douleurs qui concernent tout de même environ 20 % des femmes ;
  • Et de l’autre côté : la jouissance et l’extase.

Nous disposons ainsi d’une large gamme émotionnelle 🙂

Entre la douleur et la jouissance, il existe un vaste champs des possibles dont au centre, nous pourrions placer l’absence de plaisir.

L’excitation sexuelle

Une personne peut s’exciter sexuellement de différentes manières :

  • Par la vue : en regardant par exemple un corps agréable ;
  • Par l’ouïe : en entendant des mots suggestifs ou explicites ;
  • Par l’odorat : en sentant un parfum particulier ou une certaine odeur corporelle ;
  • Mais aussi par le goût, par l’imagination et bien sûr par le toucher

Comme notamment :

  • En frottant ses parties intimes contre par exemple un oreiller, une peluche, des vêtements… ;
  • En exerçant des pressions sur ses organes génitaux avec par exemple des objets durs (le bord d’un lit, une chaise ou tout simplement ces mains, etc) ;
  • En utilisant ses doigts (pour frotter ou pour presser) ;
  • En utilisant des objets comme des sextoys, le jet d’eau d’une douche, etc.

Une personne peut également adopter des attitudes et des comportements pouvant limiter ou amplifier son ressenti émotionnel :

  • Elle peut avoir le corps tendu et figé, la respiration bloqué ;
  • À l’inverse, elle peut avoir le corps souple, détendu, en mouvement tout en parvenant à respirer profondément ;
  • Elle peut parvenir à fantasmer ;
  • Ou à l’inverse, la personne peut être hyper-concentrée sur ses stimulations génitales et ne pas être en mesure de faire autre chose, comme rêvasser érotiquement.
LE MODE D’EXCITATION ARCHAÏQUE NÉCESSITE UNE IMPORTANTE CONCENTRATION POUR PARVENIR à la décharge orgastique

De la décharge orgastique à la décharge orgasmique

Lorsque l’excitation sexuelle atteint un certain seuil, le système nerveux déclenche une réponse physiologique pour libérer les tensions sexuelles accumulées.

Cette réponse physiologique caractérisée par des spasmes au niveau des organes du plancher pelviens est appelé « orgaste ».

Il peut arriver que la décharge orgastique déclenche au même moment la décharge orgasmique.

Cette seconde décharge renvoie à l’amplification du vécu émotionnel par une libération massive de neurotransmetteurs et d’un cocktail hormonal (dopamine, noradrénaline, endorphines, sérotonine, ocytocine, etc).

Par influx nerveux et/ou par la circulation du sang, ces petites molécules de bien-être nous procurent des sensations de plaisir et un ressenti agréable .

Sympa, n’est-ce pas ? 🙂

Ceci dit, dans certains modes d’excitation dits « limitatifs », il arrive que la décharge orgasmique ne soit pas déclenché. C’est notamment le cas lorsque la personne a le corps tendu, la respiration coupée et/ou une hyper-focalisation sur sa stimulation génitale.

L’expérience orgasmique n’est ainsi pas toujours agréable car le réflexe orgastique ne provoque pas nécessairement une libération des petites molécules nous permettant de ressentir du plaisir et d’avoir un sentiment de satisfaction.

L’expérience de l’excitation sexuelle génitale n’est pas toujours synchronisé au vécu émotionnel agréable.

Vous l’aurez compris, un orgasme dépourvu de plaisir s’appelle en réalité un « orgaste ». Ce concept a été théorisé par le sexologue Jean-Yves Desjardin au sein de l’approche sexo-corporelle. Et nous l’en remercions chaleureusement 🙂

Comment parvenir à l’orgasme ?

Pour que l’orgasme survienne, il est nécessaire que le réflexe orgastique se déclenche. Pour cela, il faut que l’excitation sexuelle atteigne le « point de non retour ». En parallèle, il faut également que la personne vive de belles charges émotionnelles de plaisir pour que ses émotions soient amplifiées au moment de la décharge orgastique.

Un orgasme est donc un processus réflexe combinant une décharge orgastique (les réactions physiologiques du corps qui libère les tensions sexuelles) et une décharge orgasmique (une amplification des émotions de plaisir).

Plusieurs apprentissages psychocorporelles sont nécessaires pour atteindre l’orgasme :

  • Le développement d’un sentiment profond de sécurité ;
  • La capacité à rester concentrer sur ses sensations corporelles et sur son vécu intérieur ;
  • Le développement d’un imaginaire érotique pour stimuler son excitation sexuelle ;
  • L’élargissement de son répertoire masturbatoire ;
  • La capacité à avoir un corps souple, détendu tout en pouvant expérimenter des mouvements

Et plein d’autres choses passionnantes à apprendre ! 🙂

Vous voulez développer vos compétences psychocorporelles et avoir votre premier orgasme ?

Alors, rejoignez le programme Orgasme Solo !

Il a été fait spécialement pour vous 🙂

J’ai hâte de vous y retrouver.

En attendant, je vous souhaite une sexualité pleine de joie et de plaisir,

Élodie, Consultante en Santé Sexuelle
pour OH OUI.

Orgasme Solo

Apprenez à atteindre l’orgasme seule

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *