Les sensations quand on jouit : comment les reconnaître ?

La jouissance peut faire penser à un arc-en-ciel : les sensations sont riches, variées et parfois même indescriptibles. Au moment de l’orgasme, les sensations peuvent être explosives tout comme elles peuvent être insignifiantes, voir inconfortables. Sont-elles pour autant différentes entre les hommes et les femmes ?

Les sensations avant de jouir

Avant d’atteindre le point culminant de la jouissance, les organes génitaux vont d’abord se gorger de sang : le clitoris tout comme le pénis et les petites lèvres gonflent et augmentent en volume. Les femmes peuvent ressentir des pulsations au niveau de leur clitoris et une douce chaleur au niveau de leur bas ventre.

Cette sensation de chaleur peut également être ressentie par les hommes et est communément appelée « avoir des papillons dans le ventre ».

De façon générale pour bien des gens, il est difficile de parler de leurs sensations sexuelles puisque certaines personnes ne se sentent pas « consciemment concentré » pendant la sexualité.

Des personnes peuvent ressentir leurs corps tout entier comme étant très sensible, d’autres vont noter des changements dans la sensibilité uniquement pour certaines zones bien particulières de leurs corps.

Par ailleurs, le domaine des émotions et celui de la parole sont deux mondes complètement différents. Nous manquons cruellement de mots pour bien décrire ce que nous ressentons.

figure
Carte du corps, Simone

La sexualité est vécue chez une majorité de personne comme une expérience dépourvue de réflexion consciente. Elle est vécue en semi-automatique et beaucoup de personnes ont l’impression que leur corps «prend le dessus». D’autres décrivent ces expériences comme des « états de transe ».

Au niveau de leur sexe, les hommes et les femmes peuvent ressentir des petits pétillements agréables et « un plaisir sexuel qui s’intensifie » peu à peu. Certaines personnes expérimentent même des vagues de plaisir qui se propagent à travers tout leur corps.

« Chatouillement », « picotement » et « fourmillement » sont d’autres mots utilisés pour décrire les sensations ressenties pendant les relations sexuelles.

Les sensations au moment de l’orgasme

À un niveau émotionnel, l’orgasme peut se manifester par un sentiment de « paix », d’ « extase », d’« apaisement », un « soulagement qui irradie le corps » voir aussi, un « plaisir extrême » et un sentiment « de perte de contrôle ».

Toutefois, contrairement à ce que l’on entend souvent, l’orgasme n’est pas toujours agréable. Certaines personnes peuvent expérimenter des orgasmes « bizarres », voir douloureux.

À un niveau physiologique, l’orgasme peut se reconnaître par les contractions rythmiques et involontaires des muscles du plancher pelviens (vagin, utérus et anus) mais aussi par éventuellement des « fourmillements », des « palpitations » ou encore des « tremblements musculaires ».

Le visage aussi peut se crisper et certaines personnes peuvent également se mettre à pleurer de bonheur. L’orgasme peut être vécu comme un moment transcendant, une aparté de l’espace-temps habituel. Toutefois, certaines personnes vont vivre leurs orgasmes dans des états de conscience très poches de ceux habituels. Qu’en est-il des sensations entre les hommes et les femmes ?

Vous pourriez aussi aimer lire et regarder :

Les sensations sont-elles différentes entre les hommes et les femmes ?

Dans son livre Jouir en quête de l’orgasme, Sarah Barmak rapporte une étude scientifique menée en 1976 pour laquelle il a été demandé à 48 étudiants hommes et femmes de décrire les sensations ressenties pendant l’orgasme. Le but de cette étude était de déterminer si l’expérience subjective de l’orgasme étaient différente entre les hommes et les femmes.

Le lexique utilisé par les étudiants est varié et imagé. Un étudiant compare par exemple l’orgasme au fait de : « tirer à la carabine sur des boîte de conserve dans une grande prairie verdoyante, un jour de beau temps ». Un autre écrit : « Il y a une perte de contrôle musculaire à mesure que le plaisir augmente, et on aurait presque besoin de s’arrêter. Presque envie, même, de s’arrêter. »

Le plaisir orgasmique peut être si intense qu’un étudiant écrit : « De toutes les expériences sensorielles, c’est juste celle qui procure le plus de plaisir. […] Toutes mes terminaisons nerveuses explosent et frémissent. »

Certains décrivent des expériences très fortes, voir anxiogènes : « c’est un plaisir extrême, mais qui peut faire peur aussi, parce que, quand il est très violent, la sensation de perte de contrôle est immense ».

Dans les écrits on découvre même que certains étudiants vont vivre des sortes d’hallucinations visuelles : « J’ai la vue qui déraille, je ne vois plus que des motifs colorés » ou encore : « J’ai souvent […] des tâches qui apparaissent devant mes yeux ».

Une fois les écrits des 48 étudiants reçus, les chercheurs les ont épurés de tous les mots pouvant se rapporter à leur génitalité (pénis, vagin, etc).

Après qu’une analyse minutieuse des écrits épurés ait été faite par des hommes et femmes gynécologues, psychiatres et étudiants en médecine, il en ressort que le ressenti des femmes durant l’orgasme n’est en réalité pas si différent de celui des hommes.

Le moins que l’on puisse dire sur les différentes études qui ont été mené sur le ressenti de la jouissance avant ou pendant l’orgasme, c’est que les sensations varient non seulement d’une personne à l’autre mais également d’un moment à l’autre.

Il n’existe donc pas une seule et même expérience orgasmique et celle-ci peut évoluer au fil du temps. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi pratiquer certaines activités pouvant influencer vos états de conscience comme la méditation sexuelle, la méditation orgasmique ou encore le yoga.


Vous aimeriez mieux comprendre l’orgasme et savoir comment le vivre ?
Téléchargez le guide « 9 secrets pour atteindre l’orgasme » :

Téléchargez votre guide gratuit !

En vous abonnant, vous acceptez nos conditions et politiques.

Références

Livre : Jouir en quête de l’orgasme

Bosman, M., Spronk, R. & Kuipers, G. Sensations verbales : donner un sens aux expériences sexuelles incarnées. Qual Sociol 42, 411-430 (2019). https://doi.org/10.1007/s11133-019-09426-y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *