Le squirt : techniques pour faire éjaculer une femme

Vous avez envie d’apprendre à squirter ? Ou peut-être même devenir « une femme fontaine » ? Super ! Je vous ai préparé un tuto avec plein d’astuces qui vous aideront à apprivoiser cette expulsion liquidienne. Mais je vous préviens tout de suite : avant d’arriver à votre premier squirt, il faudra vous armer de patience et pratiquer ces touchers avec bienveillance. Explication, tips & techniques. Le tout illustré !

  1. Définitions
  2. De quoi est composé le squirt ?
  3. Comment bien se préparer au squirt ?
  4. Techniques pour squirter

Pourquoi on dit qu’une fille a squirté ?

« Squirt » est un verbe anglais qui signifie « gicler » ou « jaillir ». Le mot squirt est entrer dans la langue française via les films pornographiques.

Le squirt renvoie à ce qu’on appelle en bon français aux « émissions fontaines ». Il s’agit de l’expulsion abondante d’un liquide légèrement odorant qui s’écoule le long de la vulve ou qui jaillit en grande quantité par l’urètre.

Le squirt est différent d’une éjaculation

L’éjaculation féminine renvoie au petit liquide inodore et incolore qui s’écoule directement des orifices aux abords de l’urètre (voir l’illustration ci-bas).

Le liquide de l’éjaculation féminine est exclusivement sécrétée par les glandes para-urétrales (aussi appelés glandes de Skene). Il est en réalité difficile de distinguer l’éjaculation des autres excrétions : elle peut se mélanger à la « mouille », aussi appelée « cyprine », qui est un liquide lubrifiant produit par le vagin et les glandes de Bartholin.

Un dessin vaut mille mots :

Le squirt, est-ce l’orgasme ?

Le squirt est souvent confondu avec l’orgasme. Même si ces deux phénomènes peuvent se produire en même temps, ils sont en fait indépendants.

Vous pouvez orgasmer sans squirter et inversement, vous pouvez squirter sans orgasmer.

De la même façon : le squirt n’est pas synonyme de plaisir. Il s’agit simplement d’une réaction mécanique provoquée par la stimulation directe de la vessie (par exemple en stimulant le point G) et des glandes para-urétrales qui se situent le long de l’urètre.

Les émissions fontaines aident toutefois à décupler chez certaines personnes leurs sensations de plaisir. Mais vous l’aurez compris, ce n’est pas nécessairement le cas à chaque fois, ni pour tout le monde.

Vous aimeriez avoir un orgasme en solo ou en duo ? Découvrez le guide « 9 secrets pour atteindre l’orgasme » :

(valeur de 18 €, OFFERT PAR OHOUI.FUN)

Inscrivez-vous : 2 856 personnes l'ont déjà fait avant vous!

Vous voulez en savoir plus sur :

En vous abonnant, vous acceptez nos conditions et politiques.

De quoi est composé le squirt ?

Le liquide qui jaillit au moment du squirt ressemble à s’y méprendre à de l’eau : il contient notamment des sécrétions prostatiques.

En effet, les glandes para-urétrales, qui se situent au pourtour de l’urètre, ne sont nulles autre que l’équivalent de la prostate chez les hommes.

Lorsque la paroi ventrale du vagin est stimulée, les sécrétions prostatiques peuvent remonter jusque dans la vessie.

Au même moment, de l’eau va remplir la vessie, ce qui va diluer l’urine pré-existante.

Il est possible que les émissions fontaines aient une légère odeur d’urine mais le squirt en contient seulement une toute petite quantité. Pour limiter ce léger désagrément, apprêtez-vous !

Comment bien se préparer au squirt ?

  • Buvez de l’eau pour vous hydrater et ainsi réduire la concentration de déchets dans votre vessie ;
  • Allez aux toilettes pour vous vidanger : cela vous aidera à avoir moins l’impression d’uriner au moment de squirter ;
  • Placez une serviette sur vos draps pour éviter d’inonder votre lit ;
  • Rappelez-vous que votre sexe est propre. Vous n’êtes pas seule à vouloir vous faire du bien. Des millions d’autres femmes recherchent comme vous à vivre de nouvelles expériences. Profitez !
  • Adoptez un état d’esprit ouvert et curieux : si vous ne parvenez pas à squirter lors de vos premiers essais, il n’y a rien de mal à ça ! Ré-essaierez une autre fois et soyez bienveillante avec vous-même. 🙂

Vous voilà bien informée et préparée : place à la pratique !

Techniques pour squirter

Avant toute chose : privilégiez votre plaisir. Si vous squirtez sans prendre la peine de vous donner du plaisir, vous risquez d’être déçue. Ce n’est pas le squirt à lui seul qui vous en procurera !

Caressez votre corps dans toute sa globalité. Excitez-vous mentalement. Pensez par exemple à une personne qui vous émoustille. Attisez l’envie d’être sexuelle avec vous-même. Et pourquoi pas : donnez-vous un orgasme avant d’essayer de squirter, cela vous permettra d’être plus détendue 🙂

À lire aussi pour votre bon plaisir :

Stimulez la zone G

Pour stimuler les sécrétions des glandes para-urétrales, insérez un ou deux doigts en crochet dans votre vagin, dirigez-les du côté de votre nombril et appuyez fortement sur la zone rugueuse.

Quel mouvement faire ? Celui du « viens ici », en faisant des vas et viens réguliers avec vos doigts. Pour plus de faciliter vous pouvez vous positionner accroupie, plutôt que de rester couchée sur le dos. 🙂

Appuyez sur le Mont de Vénus

Pour exercer davantage de pression sur la vessie et favoriser le squirt, vous pouvez appuyer avec votre deuxième main au niveau de votre bas-ventre.

Je vous le concède : ça peut être difficile à faire toute seule. N’hésitez pas à explorer cette technique avec un ou une partenaire.

Touchez la zone fontaine

À l’intérieur de votre vagin, vos doigts doivent maintenant taper vis-à-vis de la vessie, juste au dessus du pubis. Cette zone se situe au-delà de la zone rugueuse. À cet endroit, la paroi vaginale est plus douce et soyeuse, comme à l’entrée du vagin.

L’auteure du livre Jouissance Club recommande de maintenir vos doigts et votre poignet figé puis de créer un mouvement vertical de bas en haut avec votre avant-bras. Le tout pour exercer de fortes pressions au niveau de la vessie.

Jüne Plã – Jouissance Club – éditions Marabout

En solo, vous pouvez utiliser un sextoy ! L’idée c’est que votre gode (ou vos doigts) vienne taper en haut du vagin, pas loin de la vessie.

Contractez les muscles du planchers pelviens

Pour exercer des pressions à l’interne et augmenter encore d’un cran la possibilité de squirter, vous pouvez contracter et décontracter votre musculature pelvienne. Ce n’est pas obligé, mais c’est un bon bonus 😉

Pour ressentir plus de plaisir, vous pouvez aussi faire de léger mouvements ondulatoires avec votre bassin en serrant et desserrant les muscles de vos fessiers.

Ouvrez les vannes !

Vous avez une impression d’envie de faire pipi ? C’est le signe que vous êtes prête à squirter. 🙂 Pas d’inquiétude, cette sensation est complètement normale.

Détendez-vous, respirez profondément et relâchez-vous !

Squirt !

Poursuivez votre éducation sexuelle :

4 thoughts on “Le squirt : techniques pour faire éjaculer une femme

  1. Au vu de la description du squirte qui est bien évidemment différent de l’éjaculation, ma question est de savoir si l’homme ne pourrait pas lui aussi squirter ? 😅

  2. Bonjour Elkana, merci pour votre question. Les hommes éjaculent mais ne squirt par au sens usuel du terme. Il est souvent dédié uniquement aux femmes qui présentent plusieurs orifices que les hommes ne possèdent pas (glandes para-urétrales, orifice vaginal, etc). Au plaisir !

  3. Bonjour Ousseni, merci pour votre question. Je ne comprends pas bien la demande : être sincère dans quel contexte ?
    Au plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.